Aérojournal
  • Nouveau
search

Aérojournal n°91

Focke-Wulf « Long nez »

A l’épreuve du feu

 A PARAITRE LE 02/12/2022 

Au sommaire du n°91 - Décembre 2022/Janvier 2023

+ Les « Long nez » au combat
+ Du focke-Wulf Fw 190 Dora au Ta 152
+ Des chasseurs pas comme les autres
+ Martin-Baker avant Martin-Baker
+ Les vols des « Intruders »
+ La Fernnachtjagd (1940-1941) : 2e partie
+ Aérorama : Les forces aériennes suisses
+ Actualités

En savoir +

AJ91
8,00 € Frais de port compris

Disponible également au format numérique tablettes et smartphones

Apple Store
Google Play

Au sommaire du n°91 - Décembre 2022/Janvier 2023

+ Les « Long nez » au combat

Du focke-Wulf Fw 190 Dora au Ta 152

Si l’on devait comparer les deux avions, le Focke-Wulf Fw 190 A (Anton) serait le vilain petit canard, alors que le Fw 190 D (Dora) serait un cygne gracieux. Le nez redessiné – de façon à accommoder un moteur en ligne Jumo – et la queue rallongée donnent au Dora l’élégance qui manquait au très trapu Anton. Construit en grand nombre à partir de la fin août 1944, le Fw 190 D est l’un des meilleurs chasseurs de la Seconde Guerre mondiale… sur le papier tout du moins. Le fait que ce modèle ait totalisé moins de 100 avions alliés abattus au cours de toute sa carrière est révélateur de la suprématie aérienne écrasante des Alliés à compter de la fin de 1944. Ce chiffre peu flatteur met également en évidence l’évolution du rôle de ce remarquable avion conçu à l’origine comme un chasseur de haute altitude destiné à éradiquer les vagues de bombardiers alliés, mais qui a été au fil des mois de plus en plus utilisé en tant que chasseur-bombardier, pour des missions de bombardement léger et de mitraillage au sol à grande vitesse, transformant finalement le Fw 190 Dora en une énième «arme miracle» n’ayant guère apporté plus que les Messerschmitt et Focke-Wulf alors en voie d’obsolescence volant encore à ses côtés et qu’elle était censée remplacer.

+ Des chasseurs pas comme les autres

Martin-Baker avant Martin-Baker

S’il est un avionneur méconnu pour ses productions aéronautiques durant la Seconde Guerre mondiale, il s’agit bien de Martin-Baker, dont le nom est bien plus associé, depuis, à la réalisation de sièges éjectables. Pourtant, chacun des chasseurs conçus par James Martin et testés en vol par Valentine Baker est digne d’intérêt, tant la petite société s’est montrée continuellement soucieuse de marquer les avions sortis de son bureau d’étude du sceau de l’innovation.

+ Les vols des « Intruders »

La Fernnachtjagd (1940-1941) : 2e partie

Après avoir étudié dans une première partie les débuts, de septembre 1940 à mars 1941, de la chasse nocturne lointaine (Fernnachtjagd) de la Luftwaffe, c’est-à-dire ces bimoteurs du I./NJG¬2 chargés de traquer à proximité de leurs terrains les bombardiers de la RAF attaquant le Reich, Jean-Louis Roba nous dresse le récit des combats de ce type jusqu’à leur terme à l’automne 1941, ainsi que le bilan d’un concept qui n’aura pas survécu beaucoup plus d’un an à l’épreuve du feu…

+ Aérorama

Les forces aériennes suisses

+ Actualités

L’Italie envisage l’achat de six avions ravitailleurs KC-46A PEGASUS auprès de Boeing
Pour un groupe de réflexion, le Gripen serait l’avion de combat idéal pour la Force aérienne ukrainienne
L’avion de patrouille maritime Atlantique 2 porté au standard 6 déclaré opérationnel par la Marine
Mobilité militaire : l’Union européenne veut disposer d’une capacité de transport aérien « hors gabarit »
Visite du D-Day Wings Museum de Caen-Carpiquet