Batailles & Blindés
search

Batailles & Blindés n°106

Les tactiques des Panzertruppen

Partie 3 et fin : L’assaut blindé

Au sommaire du n°106 - Février-Mars 2022

+ Les tactiques des Panzertruppen
Partie 3 et fin : L’assaut blindé

+ La bataille de George Square
Des tanks en Écosse

+ Gazala-Knigthbridge
Le chaudron de Rommel

+ Au secours de Stalingrad !
Les carnets de Friedrich Sander

+ La bataille de l'Ebre, 1938
La dernière chance des Républicains

+ Cauchemar à Melitopol
Assaut de nuit pour « Vautour »

+ Premier choc sur Colombelles
11 juillet 1944 : Les fauves sont lâchés !

+ Actualités

En savoir +

 EGALEMENT DISPONIBLE AU FORMAT NUMERIQUE : 

 

BB106
8,00 € Frais de port compris

Au sommaire du n°106 - Février-Mars 2022

+ Les tactiques des Panzertruppen

Partie 3 et fin : L’assaut blindé

Après avoir rappelé l’essence du combat interarmes et défini le rôle de chaque composante d’un groupement tactique mécanisé allemand de la Seconde Guerre mondiale, puis mis en exergue l’importance cruciale des opérations de reconnaissance générale et de combat, nous en arrivons à la finalité de notre exposé, qui est aussi celle du chef de la Kampfgruppe mécanisée : l’assaut blindé !

+ La bataille de George Square

Des tanks en Écosse

31 janvier 1919. 82 jours après la fin de la Grande Guerre, les ouvriers de Glasgow battent le pavé pour réclamer de meilleures conditions de vie. Mais Londres s’inquiète de cette agitation alors qu’au même moment l’Europe est secouée par les révolutions d’inspiration bolchevique. Sur place, les autorités prennent peur et demandent le soutien de l’armée, alors que les ouvriers se réunissent sur George Square, la place principale de Glasgow. Ce seront bientôt des blindés qui arriveront en ville…

+ Gazala-Knigthbridge

Le chaudron de Rommel

Le 26 mai 1942, les troupes germano-italiennes se lancent à l’attaque des unités du Commonwealth retranchées derrière une ligne défensive allant de Gazala à Bir Hakeim. Si les blindés britanniques malmènent Rommel, qui frôle un temps le désastre, l’attaque concentrique menée par celui-ci va enlever une à une toutes les « boxes » mises sur son chemin. Gazala sera ainsi l’une des victoires les plus retentissantes de la Deutsches Afrika-Korps et des troupes italiennes qui s’emparent du port stratégique de Tobrouk moins d’un mois après le début de leur offensive.

+ Au secours de Stalingrad !

Les carnets de Friedrich Sander

Friedrich Sander est né à Graudenz en 1916, une petite ville alors allemande (aujourd’hui polonaise) de Prusse occidentale située sur les bords de la Vistule. Il commence à travailler dans le commerce à Osnabrück avant de passer six mois de service dans le RAD lui qui a déjà rejoint le NSDAP et l’Allegemeine-SS. Sander entame sa formation militaire en novembre 1937 et se porte volontaire en tant qu’opérateur radio dans un Panzer-Regiment, devenant Unteroffizier un peu plus d’un an plus tard. En 1939, il suit les cours pour devenir Bordführer puis reçoit ses galons d’officier en 1940. S’il ne combat pas en Pologne ou en France, il est pleinement engagé dans l’opération « Barbarossa » où il recevra, au cours de la campagne, les croix de fer mais aussi la Deutsches Kreuz im Gold et le Panzervernichtungsabzeichen. Il combattra au sein du Panzer-Regiment 11 de la 6. Panzer-Division jusqu’en décembre 1942 où il sera blessé près de Stalingrad lors de l’opération « Wintergewitter ». Ses carnets où il a consigné ses combats ont été retrouvés par Robin Schäfer, spécialiste allemand du second conflit mondial, et sont pour la première fois traduits en langue française.

+ La bataille de l'Ebre, 1938

La dernière chance des Républicains

Le 25 juillet 1938, l'Ejército Popular de la Republica lance une grande offensive sur le cours inférieur de l'Ebre. Conçue par le général Vicente Rojo, le chef de l'Estado Mayor Central républicain, elle vise à la fois à détourner les forces franquistes qui s'approchent inexorablement de Valence, devenue capitale provisoire de la république espagnole, et à soulager le front du Levant.

+ Cauchemar à Melitopol

Assaut de nuit pour « Vautour »

Au matin du 19 septembre 1941, « Sepp » Dietrich lance la « Leibstandarte » plein est, en direction de Melitopol, ville industrielle d’environ 80 000 âmes. Simple point sur la carte, Melitopol est en réalité un nœud routier, ferroviaire et fluviale de première importance. Deux Autobahnen essentielles pour le bon déroulement des plans allemands s'y croisent : celle qui relie Kiev à Rostov-sur-le-Don, d’ouest en est, et celle qui part de Moscou pour rallier Yalta, en péninsule de Crimée, selon une course nord-sud. De plus, cet axe est doublé par la grande ligne de chemin de fer Leningrad-Simferopol, véritable artère fémorale pour les Soviétiques que les envahisseurs entendent bien pincer le plus rapidement possible. On comprend dès lors que la prise de Melitopol est une étape essentielle pour la Heeresgruppe « Süd ». Une opération à laquelle un certain Michael Wittmann va participer, à bord de son Sturmgeschütz baptisé « Vautour ».

+ Premier choc sur Colombelles

11 juillet 1944 : Les fauves sont lâchés !

L’opération britannique « Charnwood » (7-9 juillet) permet de libérer la rive gauche de Caen le 9 juillet. L’arrière-garde de la 12. SS-Panzerdivision décroche progressivement de la rive droite en combattant, pour permettre le repositionnement des restes de la division plus au sud. Les bataillons d’infanterie engagés de la 16. Luftwaffen-Felddivision, déjà frappés de plein fouet par le bombardement aérien allié du 7 juillet sur Caen, ont été pratiquement anéantis les jours précédents et auraient perdu jusqu’à 75 % de leurs effectifs. Le pourcentage est certes élevé, mais il ne concerne qu’un seul régiment à deux bataillons déployés à l’ouest de l’Orne, soit huit compagnies d’infanterie. Les autres régiments d’infanterie de cette division tentent de rétablir une ligne de positions au sud-est de la ville.

+ Actus