LOS!
  • Nouveau
LOS! Magazine n°65
search
  • LOS! Magazine n°65

LOS! n°65

Le raid sur Pearl Harbor

Au sommaire du n°65 - Janvier/Février 2023

+ TORA, TORA, TORA
Le raid sur Pearl Harbor

+ Objectif Taïwan !
Et si la flotte chinoise devait affronter l’US Navy ?

+ L’épopée de la Task Force 57
La flotte britannique du Pacifique – 2e partie

+ Sale rencontre dans la brume
Le HMS Glowworm face aux Bernd Von Arnim et Hipper

+ U-556 : le U-Boot qui aurait pu sauver le Bismarck

+ Suborama
Australie

+ Bonnes feuilles 
La bataille de Chesapeake

+ Actualités

En savoir +

LOS65
8,50 € Frais de port compris

Disponible également au format numérique tablettes et smartphones

Apple Store
Google Play

Au sommaire du n°65 - Janvier/Février 2023

+ TORA, TORA, TORA

Le raid sur Pearl Harbor

En mai 1940, le président américain Franklin Delano Roosevelt décide de transférer l’US Pacific Fleet de ses bases de Californie à Hawaii. Cette décision fait suite aux tensions récurrentes opposant les États-Unis et le Japon depuis l’invasion de la Chine en 1937 et constitue un avertissement en direction de Tokyo. Ce transfert est considéré comme une véritable provocation par les Japonais, et lorsque Washington décrète l’embargo sur le pétrole à la suite de l’occupation de l’Indochine par les troupes impériales en juillet 1941, les militaires nippons se préparent à la guerre. Afin d’avoir les mains libres et de pouvoir occuper les Indes néerlandaises, la Malaisie, Singapour, la Birmanie, Hong Kong et les Philippines, il convient de se débarrasser d’abord de la Pacific Fleet à Pearl Harbor. Connaissant parfaitement les États-Unis et leur formidable potentiel industriel, l’amiral Yamamoto Isoroku, chef de la Flotte combinée, est convaincu de l’impossibilité pour son pays de vaincre dans une guerre longue. Il faut donc frapper fort et défaire les Alliés en une guerre-éclair dont la destruction de la flotte du Pacifique doit constituer la première phase.

+ Objectif Taïwan !

Et si la flotte chinoise devait affronter l’US Navy ?

2024. Après le coup de force russe en Ukraine, le gouvernement américain a été clair sur sa protection aux pays intégrés à l’OTAN : c’est une alliance garantie par un traité, ses membres sont aisément identifiables. Mais les choses sont plus floues en Asie. Quel statut pour Taïwan, alors que la République Populaire de Chine (RPC) exige que les gouvernements étrangers n’aient aucune relation officielle directe avec l’île ? « L’ambiguïté stratégique » que les États-Unis entretiennent sur leur aide à Taïwan en cas d’agression serait-elle un blanc-seing pour une intervention chinoise ? C’est sur ces questions que se base le texte suivant, une anticipation des actions militaires, et particulièrement navales, qui seraient engendrées par une tentative de mainmise chinoise sur Taïwan.

+ L’épopée de la Task Force 57

La flotte britannique du Pacifique – 2e partie

En avril 1945, la Fifth Fleet américaine subit les assauts répétés des kamikazes devant Okinawa. De son côté, la British Pacific Fleet (BPF) poursuit sa mission contre les îles Sakishima Gunto.

+ Sale rencontre dans la brume

Le HMS Glowworm face aux Bernd Von Arnim et Hipper

En avril 1940, la Kriegsmarine mobilise une bonne partie de ses forces navales pour effectuer un ambitieux débarquement en Norvège (opération «Weserübung»). Ces bâtiments ne rencontrent quasiment pas d’opposition. En haute mer, seul un destroyer britannique, perdu dans la tempête, va être en mesure d’affronter les navires allemands qui se présentent à lui.

+ U-556 : le U-Boot qui aurait pu sauver le Bismarck

Il s’en est fallu de peu que la Royal Navy manque son interception du Bismarck le 27 mai 1941, mais qu’elle perde également deux de ses plus belles unités de combat dans l’Atlantique. Le cuirassé allemand fut neutralisé par un intense bombardement et il coula après avoir été sabordé par son équipage. Seuls 114 marins sur un effectif de plus de 2 200 survécurent.

+ Suborama : Australie

Tout le monde connaît le rôle joué par les U-Boote au cours de la Seconde Guerre mondiale ; mais on ignore souvent que bien d’autres nations ont développé une arme sous-marine au cours de l’Entre-deux-guerres. Dans chaque numéro, LOS! présente l’histoire oubliée des submersibles d’un de ces pays.

+ Bonnes feuilles 

La bataille de Chesapeake

La guerre de 7 ans embrase l’Europe, puis le monde, de 1753 à 1759. Ce long conflit, que l’on qualifie désormais, avec justesse, de premier conflit mondial, ruine les économies des belligérants. Après une victoire initiale à Minorque en 1756, la Marine française subit deux lourdes défaites en 1759, à Lagos puis surtout en baie de Quiberon (bataille des cardinaux). Elle sort laminée de la guerre de 7 ans. Sans flotte de guerre digne de ce nom, Louis XV ne peut plus défendre ses colonies, qui tombent dans le giron britannique, comme l’Amérique du Nord. La guerre de Sept Ans cesse uniquement par la ruine des économies des principaux belligérants : l’Angleterre, la France et la Prusse.

+ Actualités

« Terminé, barre et machines » pour le sous-marin nucléaire d’attaque Rubis

La Chine a développé un nouveau missile balistique antinavire à lancement aérien

Un sous-marin nucléaire lanceur d’engins britannique contraint de faire surface après un début d’incendie à bord

Londres confirme la commande de 5 frégates Type 26 pour la Royal Navy

L’Atlantique 2 porté au standard 6 déclaré pleinement opérationnel

Après 2 ans de péripéties, les sous-marin Perle va pouvoir entamer sa remontée en puissance

La Pologne commande 2 navires de renseignement au groupe suédois SAAB

La frégate légère furtive La Fayette a été modernisée pour durer au-delà de 2030