TnT
search

Trucks & Tanks n°90

Le char de combat, toujours essentiel ?

Une décennie d’emploi des chars & les nouveaux programmes

Au sommaire du n°90 - Avril/Mai 2022

+ Une décennie d’emploi des chars & les nouveaux programmes
Le char de combat, toujours essentiel ?

+ Tank, Cruiser, Mk. VI (A15) Crusader
Faute de mieux

+ 15cm schwere Infanteriegeschütz 33(Sfl .) auf Panzer 38(t) Ausf. M Grille
Deuxième du nom

+ Les chasseurs de chars roumains (2e partie)

+ Blindés et véhicules du 1er REC
5e partie : Orange et les Opex

+ Le canon antichar 5cm Pak 38
Encore trop juste

+ Actualité séciale : Guerre en Ukraine

En savoir +

TNT90
8,00 € Frais de port compris

Au sommaire du n°90 - Avril/Mai 2022

+ Une décennie d’emploi des chars & les nouveaux programmes

Le char de combat, toujours essentiel ?

Depuis dix ans, les chars de combat sont employés dans la grande majorité des conflits et sont considérés comme un acteur majeur du champ de bataille, bien que leur emploi soit toujours des plus compliqués. Ce dossier se propose de faire le point sur leurs derniers engagements de par le monde et sur les futurs programmes de Main Battle Tank (MBT, char de combat principal), en cours de développement sur les différents continents, qui vont façonner le combat de demain en attendant que les retours d'expérience des chars russes engagés en Ukraine depuis la fin du mois de février soient soigneusement décortiqués et analysés par les états-majors. En effet, le char ne disparaîtra pas de sitôt des invent   arsenaux et des zones de conflits, mais comme tout organisme « vivant », il se doit d'évoluer.

+ Tank, Cruiser, Mk. VI (A15) Crusader

Faute de mieux

De la prolifique famille des chars Cruiser développés en Grande-Bretagne avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale, le Crusader est sans aucun doute le plus emblématique. Et pour cause, en tant que principale monture des tankistes anglais de 1941 à 1942, il participe à toutes les grandes batailles de la campagne d’Afrique du Nord, de « Battleaxe » à El-Alamein. Pour autant, sur le terrain, le Crusader ne s’illustre guère par ses performances. Sous-armé, faiblement blindé et particulièrement fragile sur le plan mécanique, il subit de lourdes pertes en opération et ne doit son maintien en unité qu’à l’incapacité de l’industrie militaire britannique à produire un blindé plus performant. De fait, c’est la livraison de chars américains – Grant puis Sherman – dans le cadre du Lend-Lease qui entraîne sa relégation au second plan à partir de l’été 1942, puis son retrait définitif des Armoured Division au printemps 1943.

+ 15cm schwere Infanteriegeschütz 33(Sfl .) auf Panzer 38(t) Ausf. M Grille

Deuxième du nom

Durant la Seconde Guerre mondiale, de manière à appuyer efficacement ses fantassins, la Wehrmacht cherche à déployer en nombre des véhicules susceptibles d’effectuer des tirs d’artillerie directs ou du moins semi-directs. Faute de châssis de chars moyens disponibles en grandes quantités, les Allemands vont, recycler des plates-formes de blindés chenillés légers en les équipant d’obusier lourd à l’instar de la série des Grille (Grillon) dont le 15cm schwere Infanteriegeschütz 33(Sfl.) auf Panzer 38(t) Ausf. M est le dernier de la lignée à avoir été déployé en nombre.

+ Les chasseurs de chars roumains (2e partie)

Tun Anticar cu Afet Mobil T‑60 & Vânătorul de care mareşal

Comme les Allemands, les Roumains se retrouvent confrontés à la puissance industrielle de l’Union soviétique produisant l’excellent char moyen de combat T-34 en grandes quantités. Incapable de construire des engins équivalents susceptibles de rivaliser, la Roumanie se rabat sur des chasseurs de chars. Et si ces derniers sont au départ de « simples » bricolages ingénieux, sujets abordés dans le Trucks & Tanks numéro 89, les projets suivants sont bien plus ambitieux au point que même les Allemands les envient !

+ Blindés et véhicules du 1er REC

5e partie : Orange et les Opex

Plus vieux régiment de l'Armée française (une unité qui n’a jamais été dissoute et qui a toujours gardé son nom d'origine), le 1er Régiment Étranger de Cavalerie (1er REC) a fêté, en 2021, son centenaire. Les véhicules et engins mis en œuvre par ses Légionnaires Cavaliers méritent une petite rétrospective (non exhaustive, mais qui se veut la plus complète possible !) qui après le Maroc, la Deuxième Guerre mondiale, l’Indochine, l’Algérie se poursuit sur le continent européen dans la garnison d’Orange. Commence alors un encasernement dans la « Cité des Princes » entrecoupé de nombreuses OPEX (opérations militaires extérieures de la France).

+ Le canon antichar 5cm Pak 38

Encore trop juste

Durant l’entre-deux-guerres, l’emploi de la composante blindée s’impose dans tous les états-majors; en parallèle, l’arsenal antichar s’adapte aux améliorations apportées aux chars de combat, qui, désormais, bénéficient, entre autres, de blindages de meilleure qualité, plus épais et mieux profilés. Le fusil antichar n’est alors plus qu’une arme d’appoint utilisée contre les véhicules faiblement protégés, tandis que l’emploi du canon antichar tracté se généralise, mais son nécessaire usage en première ligne exige un matériel discret et aisément manœuvrable par ses servants. Le 1er septembre 1939, le 3,7cm Pak 36 en service dans la Heer (Armée de terre allemande) pèse moins de 450 kg et ses projectiles percent 30 mm de blindage à 500 mètres. Néanmoins, au printemps 1940, cette pièce affiche ses limites face aux chars de l’Armée française. S’enclenche, dès lors, une course, qui, en 1941, voit la mise en service par le III. Reich d’une nouvelle pièce : le 5cm Pak 38.

+ Actualité séciale : Guerre en Ukraine

Le rythme de parution du magazine Trucks & Tanks est évidemment incompatible avec un suivi et une étude circonstanciée de la situation militaire, en constante évolution depuis le 24 février 2022, en Ukraine. Ce dossier se veut donc plus une analyse des opérations passées en fonction des données, souvent parcellaires, disponibles fournies par les nombreuses de vidéos et photos, parfois très instructives, et sur les premiers rapports de combats... souvent teintés de la propagande parfois grossière des deux camps. Retour donc sur les débuts de la guerre entre l'Ukraine et la Fédération de Russie.